DANS LA FORET DE KATYN

INTRODUCTION

La première victime de la guerre, c'est la vérité.
Hiram Waren Johnson.

Au printemps 1940 disparurent 15.000 officiers polonais, prisonniers de guerre en URSS. On découvre seulement trois ans plus tard qu'ils ont été exécutés, dont un tiers d'entre eux dans une forêt du nom de Katyn, dans les environs de Smolensk (Russie). Mais il faudra un demi-siècle de plus pour que les responsables de ce massacre, les Soviétiques, soient officiellement reconnus comme tels.

Du statut de tragédie, Katyn est passé à celui d'énigme jusqu'à devenir une véritable affaire. Comment rendre compte de ce massacre? Pourquoi en lui se cristallise pour les Polonais des enjeux mémoriaux majeurs du second conflit mondial? Dans quelle mesure cette affaire doit-elle conduire à s'interroger sur une remise à plat du discours sur la Deuxième Guerre mondiale, afin de parvenir à une mémoire véritablement partagée de ce conflit?


Anne-Claire Noirbent.
Paris IV Sorbonne, septembre 2010