haut

La colline de Letná :
du monument à Staline au Métronome de Prague

 

Introduction Conclusion Bibliographie Remerciements, crédits et contact

 

Le monument à Staline Radio Staline Le métronome



 

INTRODUCTION

 

L'Europe centrale constitue un terreau fertile en matière de sujets de recherche concernant la transition des anciens pays du bloc soviétique et la mémoire du communisme après la chute du mur de Berlin en 1989 et l'effrondement de l'URSS en 1991. Le régime soviétique utilisa alors les monuments dans le but de s'auto-représenter et de délivrer un message à la population. Roman Krakovsky, dans son introduction à la revue Nouvelle alternative consacrée aux politiques symboliques en Europe centrale, précise:

"Pour créer, entretenir et renforcer le nouveau lien social entre les populations, pour se faire obéir, reconnaître et accepter, les régimes mobilisent la force, la rhétorique et la symbolique." (1)


Le monument à la gloire du leader du parti, Joseph Staline, est un attribut essentiel de la politique symbolique soviétique.

Aujourd'hui, en République tchèque, sur la colline de Letná à Prague, on peut voir un métronome gigantesque qui bat la mesure. Du fait de son exposition, les Pragois et les touristes le connaissent bien et il est pour la plupart, un symbole artistique de la fuite du temps.

Le métronome.
Les droits d'utilisation de cette image ont été obtenus.


Remontons l’histoire et intéressons-nous à l’histoire de cet emplacement. Au même endroit était autrefois érigé un monument à la gloire de Staline, le " plus grand monument à Staline du monde " (2), avant que ce dernier ne soit détruit en 1962 et que l'emplacement soit occupé par la radio pirate Radio Staline en 1990 qui fut interdite peu après et qui laissa place à son tour au métronome en 1991. Nous allons tenter de retracer l'histoire de ces monuments et de cette radio en nous intéressant au travail de mémoire qu'ils rendent possible et le lien qu'ils entretiennent avec le passé et le présent..


lo

Le monument à Staline. 1960.
Les droits d'utilisation de cette image ont été obtenus.

 

 

(1) Roman Krakovsky, "Introduction" in Politiques symboliques en Europe centrale, Paris, La Nouvelle Alternative, 2006, p.3.

(2) Expression de l'époque citée dans Markéta THEINHARDT, Un paradigme historique : la construction et la destruction du monument à Staline de Prague, Paris, La revue russe, 2006.

 

 

Ces pages internet sont le résultat d’un travail réalisé dans le cadre du séminaire "Multiculturalité dans l’espace centre-européen : Mémoires plurielles, mémoires concurrentes" de l'année universitaire 2011-2012, dirigé par Mmes Delphine Bechtel et Luba Jurgenson pour le master CIMER 1 (Communication Interculturelle et Muséologie au sein de l'Europe en Reconstruction), Paris-Sorbonne (Paris IV). Le contenu de ces pages n'engage que leur auteur